Sélectionner une page

Bouddhisme, réflexions et inspirations positives

Le Bouddha affirmait : « Que tous les êtres soient heureux, qu’ils soient en joie et en sûreté. Toute chose, qui est vivante, faible ou forte, longue, grande ou moyenne, courte ou petite, visible ou invisible, proche ou lointaine, née ou à naître, que tous ces êtres soient heureux ». Cette citation qui date d’environ 500 ans avant notre ère a su traverser les époques. Aujourd’hui de nombreuses personnes pratiquent le bouddhisme ou se disent proches de sa philosophie. Le bouddhisme est  l’une des plus anciennes religions au monde, se diffusant d’abord à travers les pays asiatiques, avant d’atteindre le continent européen au cours du XIXème siècle.

Actualités

Derniers articles

Comment éviter les souffrances par la méditation ?

Quelle définition donner à la liberté devant les contraintes existentielles telles que l'impermanence, la maladie, la vieillesse et la mort ? Et quelles peuvent être les principaux obstacles pour s'en libérer et comment y faire face ?  L'enseignement du bouddha...

La notion de liberté dans l’enseignement bouddhique

La liberté est un principe essentiel dans l'enseignement du bouddha puisque ce dernier concerne en premier lieu la souffrance et les moyens de s'en libérer.  Qu’est-ce que la liberté ?  La liberté c'est de ne pas être sous la dépendance absolue de quelqu'un...

L’économie dans l’enseignement bouddhiste

L'histoire de la vie de Bouddha offre une leçon précieuse sur l'économie bouddhiste. Le prince Siddhartha a rejeté le confort matériel d'une vie royale et a également méprisé l'ascétisme et le déni des besoins physiques essentiels à la vie. Le Bouddha a tracé une fine...

Au fil des siècles, plusieurs courants ont émergé du bouddhisme : Hinayana, Vajrayana et Mahayana, qui prônent tous la paix et la compassion. Le mouvement Mahayana notamment a su se développer largement dans le monde, en s’inspirant d’enseignements tels que  le Sûtra du Lotus, considéré comme l’un de ses textes fondamentaux . C’est le Sûtra du Lotus qui aura principalement inspiré la doctrine du moine japonais Nichiren Daishonin. Plus tard, au début du XXème siècle, le bouddhisme de Nichiren sera à l’origine de la Soka Gakkai. C’est effectivement au cours du XXème siècle que le bouddhisme a réellement traversé les frontières de l’Orient afin d’atteindre les pays occidentaux, pour devenir un phénomène mondial. Aujourd’hui, le bouddhisme invite à la réflexion sur soi et sur la société, grâce à une approche humaniste et positive.

Mais comment définir le bouddhisme ? Quelles sont les valeurs véhiculées par sa pratique? Et comment est-il devenu un mouvement prônant la paix dans le monde ?  A travers, ce blog vous trouverez de nombreuses informations liées à ces questions. Puisant dans la philosophie du mouvement Soka, de Matthieu Ricard (bouddhisme Tibétain), ou de Thich Nhat Hanh (bouddhisme Zen) parmi d’autres,  vous trouverez sur ce site des articles inspirants et des actualités liées au bouddhisme et à ses valeurs.

Qu’est-ce que le bouddhisme ?

Le bouddhisme prône un mode de vie sain en se basant sur des principes tels que la bienveillance, la sagesse et le respect.

Cette religion ancienne a été développée par Siddhartha Gautama, connu comme le Bouddha il y a près de 2 500 ans. Après de longues années d’études et de méditation, ce dernier a atteint « l’éveil », aussi appelé « l’illumination ». Cela lui a ensuite permis de développer les principes mêmes du bouddhisme, considérés comme l’unique moyen de parvenir à la paix intérieure et au bonheur véritable.

Le Bouddha a alors consacré le reste de sa vie à transmettre son savoir à ses disciples afin que son éveil puisse profiter au plus grand nombre d’êtres humains. D’après les témoignages de pratiquants du mouvement Soka, le Bouddha n’est pas considéré comme un dieu mais simplement comme un humain qui a atteint l’éveil et a souhaité ensuite enseigner ses connaissances afin de permettre à d’autres personnes d’atteindre l’éveil eux aussi.

Les Quatre nobles vérités du Bouddha

Afin de comprendre l’enseignement du Bouddha, il est possible de s’appuyer sur le concept fondamental du bouddhisme, à savoir les Quatre nobles vérités. La première noble vérité consiste à admettre que le mal-être et la souffrance existent. Ils peuvent se traduire par la douleur, physique ou mentale, la vieillesse, et in fine la mort. Il est donc nécessaire d’être réaliste en admettant l’existence de la souffrance. La seconde noble vérité enseignée par le Bouddha consiste en la cause de la souffrance. Cette cause réside dans l’égoïsme, et toutes ses manifestations :  l’envie, l’orgueil, la jalousie ou la haine. La troisième noble vérité consiste dans le fait que la souffrance peut être surmontée et transformée. Le bouddhisme est un enseignement qui a pour but de se libérer de la souffrance et de parvenir à la paix véritable. Enfin, la quatrième noble vérité décrit la pratique et les principes de vie qui permettent de parvenir à cette libération.

Quelles sont les valeurs essentielles du bouddhisme ?

Outre les Quatre nobles vérités, le bouddhisme – quels que soient les courants et les écoles – prône un certain nombre de valeurs essentielles. Les pratiquants du mouvement Soka parlent principalement des trois valeurs que sont : le courage, la sagesse et la compassion.

Le Courage

La valeur première du bouddhisme est le courage. En effet, chaque personne doit faire preuve de courage pour relever les défis auxquels elle est confrontée. Ce ne sont pas forcément les défis “héroïques” qui nécessitent du courage, car chaque personne possède une perception toute personnelle de ce qui constitue un défi pour elle. L’essentiel est de faire preuve de courage pour affronter et surmonter ce qui, pour soi, représente une difficulté. Et en progressant dans la réalisation de ces défis, on se transforme soi-même et affectons l’environnement de manière positive. Le courage est donc associé à une volonté profonde d’être plus heureux et de faire le bien autour de soi.

La Sagesse

D’une part, on retrouve la sagesse. Elle se se définit comme la connaissance de la nature ultime de la réalité. On peut aussi la définir comme la vacuité, qui est la nature même des choses qui nous apparaissent. La compréhension de l’impermanence et de l’interdépendance des phénomènes est donc essentielle pour atteindre la sagesse. Par ailleurs, la sagesse s’atteint grâce à une ouverture d’esprit et une tolérance évidente.

La Compassion

D’autre part, l’autre valeur essentielle du bouddhisme concerne la compassion. Cette dernière naît de la constatation que les êtres souffrent. Ils s’accrochent à la solidité des choses, à la solidité du moi, des phénomènes, à la permanence de choses. Et lorsque les personnes souffrent, la compassion que l’on peut éprouver à leur égard peut leur permettre de surmonter la souffrance qu’ils subissent, en se montrant à l’écoute, et en leur apportant du réconfort et de la sympathie.

D’après les enseignements de Bouddha, ces trois valeurs essentielles doivent se compléter et s’éclairer, sans jamais être dissociées. Elles représentent ainsi le cœur de l’enseignement du bouddhisme, en sachant unir le courage et la force intérieure, la compréhension ultime de la nature des phénomènes avec une bienveillance, un amour et une compassion infinies pour l’ensemble de êtres sensibles.

Le développement du bouddhisme dans le monde

Depuis ses origines, le bouddhisme a su évoluer au fil du temps. Après s’être largement développé sur l’ensemble du continent asiatique, c’est au cours du XIX ème siècle que le bouddhisme a réellement débuté son expansion à travers les pays occidentaux. En Europe, les premières organisations bouddhistes voient le jour au début du XX ème siècle. Puis au cours des années 1950 et 1960, plusieurs moines bouddhistes ont su retranscrire la pensée bouddhiste dans des ouvrages accessibles aux occidentaux. C’est ainsi que sont nés les mouvements tels que la « London Buddhist Society » et la « Soka Gakkai », que nous allons découvrir plus en détail.

Le bouddhisme de Nichiren

Afin de comprendre l’origine du mouvement Soka, il est essentiel de s’appuyer sur les enseignements de Nichiren Daishonin. Ce moine d’origine japonaise vécut au cours du XIIIème siècle. Motivé par sa volonté de trouver une solution face aux souffrances des personnes ordinaires, il décida d’approfondir ses connaissances en étudiant extensivement tous les sûtras bouddhiques et leurs commentaires à travers les deux mille ans d’histoire du bouddhisme. Il en conclut que le Sûtra du Lotus était l’enseignement le plus important légué par Bouddha lui-même ainsi que le chemin spirituel le plus accessible à un grand nombre d’êtres humains, leur permettant d’atteindre la voie de l’éveil spirituel. Nichiren établit la pratique consistant à réciter le titre de ce sûtra : Nam-myoho-renge-kyo.  

Mais les autorités étatiques et religieuses de l’époque ne voient pas l’apparition de ce nouveau courant du bouddhisme d’un bon œil et se liguent afin de réprimer Nichiren et ses disciples. En effet, le pouvoir en place à cette époque s’opposait aux valeurs que Nichiren voulait mettre en avant, à savoir, la quête du bonheur de chaque être humain au sein d’une société égalitaire et respectueuse. Malgré les persécutions dont était victime Nichiren, sa doctrine a su s’établir au fil des siècles, avec toujours pour objectif de permettre aux gens d’atteindre le bonheur et d’aider les autres à faire de même.

L’apparition de la Soka Gakkai

Durant les siècles qui ont suivi, l’enseignement de Nichiren a perduré, mais sans grand développement. Par ailleurs, à début du XXème siècle, le contexte politique au Japon est très loin de correspondre à la société égalitaire et respectueuse que souhaitait Nichiren. Dans les années 30, le Japon connaît une expansion du militarisme en vue d’un conflit à l’échelle mondiale. Le gouvernement impose la pratique du Shintoïsme et le culte de l’empereur, en bannissant tout autre courant religieux. Mais en 1928, un éducateur japonais du nom de Tsunesaburo Makiguchi s’intéresse à la philosophie du bouddhisme de Nichiren. En 1930, il fonde la « Soka Kyoïku Gakkai », qui peut être traduit par : association pour une éducation créatrice de valeurs. Cependant, ses convictions religieuses dans le bouddhisme de Nichiren valent à Makiguchi d’être incarcéré en 1943, avec son premier disciple Josei Toda, ainsi qu’une vingtaine d’autres responsables de la Soka Kyoïku Gakkai. Seuls Makiguchi et Toda restent fidèles à leur conviction. Makiguchi décède au cours de l’année 1944, tandis que Josei Toda, lui, est libéré à la fin de la guerre. Il sort de prison avec la détermination de transmettre l’enseignement de Nichiren et de recréer un vaste mouvement populaire fondé sur la foi, la pratique et l’étude bouddhique.